Quelles carrières pour un diplômé en droit fiscal ?

Finir ses études en droit fiscal est une source de joie et de profonde satisfaction. L’euphorie de la réussite passée, il faut penser aux choses sérieuses : que faire de ce beau diplôme ? Quelles carrières envisager ?

Rappel sur le cursus universitaire poursuivi

Le parcours passe par des études de droit général jusqu’à l’obtention de la licence. Par la suite il faut se spécialiser dans le droit fiscal pour le master1 ou 2. S’il est possible d’aller plus loin, le doctorat en droit est le prochain objectif. Si la carrière de fiscaliste est le choix de l’étudiant, en marge des études en salle, il doit multiplier les stages en entreprise pour se mettre au courant de l’environnement de travail en tant que juriste en affaires. Comme il est fort probable qu’il va devoir travailler en entreprise commerciale d’envergure internationale, il se doit de parfaire ses connaissances de la langue anglaise. Etant donné que, de nos jours, tout le travail se fait sur ordinateur, parfaire sa maîtrise de l’informatique est une nécessité presque absolue. L’étudiant ayant fait tout cela, quels métiers s’offrent à lui ?

Quelles carrières après un diplôme de droit fiscal ?

Il est fort probable que le jeune diplômé soit recruté au sein d’un cabinet/conseil en droit fiscal. Sinon ii va se tourner vers le travail en entreprise. Les entreprises commerciales ou autres ont un besoin pressant en juriste fiscaliste. Les déclarations d’impôts sont inévitables. Seul un juriste qualifié va pouvoir s’en occuper dans l’intérêt des entreprises. C’est lui qui connait le meilleur régime fiscal qui va permettre à l’entreprise de payer le moins d’impôts possible, tout en restant dans les limites de la légalité. La fiscalité n’étant pas figée mais en constante évolution, avoir un fiscaliste au sein de l’entreprise va assurer des déclarations d’impôts toujours conformes à la législation en vigueur du moment. Pour les entreprises multinationales, recruter un juriste fiscaliste maîtrisant la langue anglaise est un plus qui va lui assurer que les transactions commerciales soient faites dans le respect strict de la loi et qu’il ne va pas y avoir de problème dans la fixation des impôts à déclarer à l’administration fiscale. L’évolution de carrière montre un horizon des plus brillants. Travaillant en cabinet, il peut devenir un associé. Il peut même finir par ouvrir son propre cabinet et s’établir à son propre compte. En entreprise il peut atteindre un haut poste de responsabilité au sein de la direction. Mais l’ex étudiant en droit fiscal peut embrasser une carrière dans l’enseignement universitaire s’il a le doctorat en droit, spécialiste en fiscalité. S’orienter vers la fonction publique et joindre justement l’administration fiscale est également une autre option envisageable.